Winter_Monkey

"Vous me faites penser à un de ses singes égarés, tel qu’on en voit en hiver sur les berges du Yang Tsé Kiang."

Quand on veut conjurer le diable, on l’invite à sa table, alors j’ai fait un rêve de fusiller marin, le retour d’âge en sème sur les parquets cirés de vieilles habitudes. Mais au pays des cow-boys lointains fument d’étranges indiens, des apaches fiers aux panaches flamboyant comme des gerbes de Soleils bleus au dessus de l’Arizona.

Pourquoi tant d’incertitudes quand la lune reste grotesque dans les rêves des enfants méchants ?

Ce que tu ignores encore, pourquoi le saurais tu demain ?

Les temps anciens se décomposent dans mes bleus de travail, usés par des règlementations obscènes. Mais peu à peu, le jour se lève et rien ne peut stopper l’incroyable splendeur majestueuse de la vie qui frétille par toutes mes pores, pas même les infâmes trahisons humaines d’abjects nains que secondent d’horribles guitaristes aux chemises tachées de sperme et de sang, saupoudrées de coke snifée par des tubes faits de billets d’un dollar.

La vengeance, la haine, la cruauté patriarcale des multitudes soubresautent dans les milliards de mini-ghettos qui couvrent les cités du monde comme des cancers généralisés sur la peau des fils de l’homme qui s’effrite et tombe en lambeaux grossiers sur les parquets cirés de trop vieilles habitudes.

Tant que je verrais les souffrances du monde se refléter sur ma lune, je paraitrais, pour ceux qui naviguent sur le fleuve, comme l’un de ces singes égarés tel qu’on en voit en hiver sur les berges du Yang Tsé Kiang…

"Y'a pas de bonnes habitudes. L'habitude, c'est une façon de mourir sur place".

mister_k_signature13
Moon Glow Remix -  '07
Copyright Future Flavaz
© All rights reserved.

Notennig (petite note) :  Les extraits en italique proviennent du film Un singe en hiver (1962), réalisé par Henri Verneuil, d'après le roman d'Antoine Blondin. Le flow-prose ci-dessus en est largement inspiré. C'est l'un de mes films français préféré.

K.