L’ermite du Camping

    Je ne prétends pas être spécialiste mondial de la question, mais je sais ce qu’est un ermite. Il se trouve que je me suis documenté sur le sujet lors de mon premier souci de collocation avec Pharkozy. J’envisageais alors très sérieusement d'embrasser cette paisible carrière.

    Il y a d'ailleurs la représentation d’un ermite sur les cartes de Tarot divinatoire qu’utilise Pharkozy. Cartes qu'il consulte en général pour répondre à des questions telles que : quand est-ce que j’aurais de la bière dans le frigo ?

    La carte représente un personnage chauve, d'aspect assez dépressif, revêtu d’une affreuse bure, muni d’une canne et d’une lampe. Il est accompagné de deux serpents et semble prendre plaisir à se balader au beau milieu de la nuit dans un bois lugubresque.

tarot___ermite_01

    On voit de suite la différence entre l’ermite et le citoyen lambda. Le citoyen lambda s’habille plus où moins décemment chez H&M, se promène de jour pour aller chercher son pain, accompagné, au pire, d’un chihuahua mal poli et simplement équipé d’un Nokia 6301 GMS/Wifi pour parer à l'éventualité où il se perdrait sur le chemin de la boulangerie.

    Ce que je me suis toujours demandé c’est ce que peuvent bien trafiquer les ermites de nuit et dans la foret. C’est le genre d’explication qu’une carte de tarot garde secrète dans le seul but de vous faire acheter un jeu entier.

    Comme Pharkozy me l’expliqua un jour, une carte de tarot n’a d’intérêt que si d’autres cartes sont placées à côté de façon savante. Une fois la table ainsi recouverte de cartes, il est alors possible de donner un sens à l’ensemble et de prédire ce que le destin nous réserve dans la catégorie coups tordus et arnaques.

    Je me suis toujours demandé pour ma part si ce principe était exploitable pour la bande dessinée. Imaginez qu'on puisse acheter une bédé sous forme de paquets de cases. Chaque case serait une carte. On les mélange et ensuite on les place au hasard les unes à côté des autres pour lire et apprécier l’histoire.

    J’ai parlé de cette fantastique idée à Pharkozy avec l'idée de commercialiser le concept. Après m’avoir regardé l’air dépité pendant une très longue minute, sa réponse fut :

- T’es complètement secoué pauvre nase. Au fait ! Je viens de voir sur mon tirage que j’aurais de la bière dans pas longtemps.
- Et comment diable peux tu lire ça sur un jeu de cartes à 10 heures du soir ?
- Tu vois la carte de l’ermite là ? Le gros dépressif avec sa lampe qui éclaire le chemin ?
Je regardais la carte avec suspicion.
- Oui, je la vois, et alors ?
- Et bien l'ermite c’est toi. C’est la nuit et t’es en train d’aller me chercher un pack de mousse à l’épicerie du coin. Ramène moi des croquettes avec. Les spéciales "chats d’intérieur", les autres me donnent des gaz.

    Pour en revenir à mes connaissances sur les ermites, je sais aussi qu’ils habitent dans des grottes ou, pour les plus exigeants, dans des troncs d’arbres au milieu d’une foret. Le thème de la foret semble invariablement revenir quand on aborde la question.

    C’est très souvent une foret située à des milliers de kilomètres du premier humain s’exprimant en parisien et généreusement fournie en créatures à la pilosité exacerbée. Et le bon ermite sait qu’il a choisi la foret idéale si ces créatures ont les dents longues et acérées, et qu’elles ne trouvent le sommeil qu’après avoir ingurgité les rares scientifiques envoyés sur place par les services secrets américains pour enquêter sur des phénomènes de disparitions mystérieuses.

    Quand au mode d’alimentation d’un ermite, et j’en aurais terminé sur le sujet, il semble particulièrement friand d’herbes, de fruits sauvages et de racines diverses. Et dans les jours fastes, il se laisse aller à croquer quelques sauterelles accompagnées de champignons hallucinogènes.

A suivre...