Heureux ki comme Ulysse voyage sans transit et nique le transat. Droit au but j’excite l’intellect, avance vite et zappe l’exit pour Ithaque.

Jongle avec les mots Joue avec les sons pour infuser le sens dans le mot juste. Un zeste d’impro le geste sur en plus.

En Ethiopie j’ai grillé les faux Négus qui sur le dos de nos gosses engraissent leurs négoces. Mec Plus Ultra j’ai placé ma rime au cœur de leur nexus. En Lexus ma prose roule au dessus de leurs dessous de table à la Nixon. Vexé, j’ai cassé leurs icones et la rue me klaxonne car Le glas Sonne sur Babylone que mes vers touchent au Plexus. Des Garçonnes sapé kenzo me sifflent. Derrière leurs cages de Plexiglas elles cherchent le garçon. Trouvez son nom. Il tise un martini sans glaçons assis au Tex-Mex avec sa gueule de métèque moitié Aztèque. Gigolo à l’Aztécal il asticotte un steack le mec. Déjà barré au Stick, il tente le tripple six pour couler comme Ulysse dans le Styx. Noyé dans son double scotch. Bon je sais c’est moche je l’ai pas sauvé du vice. J’ai juste récupéré son Scott pour le filer à la mascotte du quartier qui me crie "Pas de quartier!". Tiens moi aussi faut que je mastique. La vache enragée, j’en ai des kilos mastocks dans le frigo alors je dis stop et laisse passer mon flow et mes rimes. Comme de la coke en stock pour Amsterdam drôle d’Epoque là bas j’ai connu une femme
Reine des concours de Poke dans les coffee-shop moi plutôt adepte du poker
Où du black-Jack voir du jeu de rimes en kit
mais je donne mon jocker quand il faut fumer le Jockoss
je fais comme Bouba le backoss qu'est boss des yakuza du Zaire
Roi du troc Crois moi ce gars Croque son biz bien en laisse comme mon Flow
Dressé pour te mourir Bouba grand Fan De pétasses blondes
Aux seins silliconés boostés comme les bass d’une Benz shootée au Tuning
Avec des culs comme ass du genre ki Débloquent en dansant le Rock sous coco
Et te mettent en plus la trique Je sais c’est Glauque mais hey : "she's livin la vida loca !"
Bon le temps de recharger de mots mon Glock
Et je file à Corcovado où les cannibales dansent le Fandango
Là-Bas ils m’appellent Django et si t’a dix balles ils te jouent du Banjo
Mais t’emballe pas trop sur leur samba où tu finiras plombé sur un air de Tango
Je sais c’est triste comme boire du Tang A Rio
Même le Wu s’y risque pas et je bouge déjà mes rimes au Katanga
"T’attends quoi toi ?" dis-je au gars ki copiait mes mots
T’as qu’à tenter ta chance au Congo là où le vieux belge Tangua
D’avant en arrière comme la misère de Tanguy
Quand ils ont mis son Commando en échec chez Kabila
Mais j'aime pas le Fado fade j’ai tracé quand Tanguy
S'est mit à pleurer les bras en Croix prêt à subir la Fatwa de mon flow fada
« Fadaises que tout ça... »  me fit une voix niaise derrière moi
Je retourne la page c’était Corto Maltesse
Dans l’orient express assis en face d’une Altesse Négresse
Binta Farafina ancienne prêtresse ki m’avait trahit au Burkina
"K’ess ke mon flow fout là ?" demandais-je à mes mots
On sait pas mais au moins ta quête progresse
Vu que tu nous engraisse en rimes riches
Mais fais gaffe la mise est grosse garde ta main sur la crosse
Alors j’ai remis mon refrain en poche...

Heureux ki comme Ulysse voyage sans transit et nique le transat
Droit au but j’excite l’intellect avance vite et zappe l’exit pour Ithaque
Jongle avec les mots Joue avec les sons pour infuser le sens dans le mot juste
Un zeste d’impro le geste sur en plus

Tout à coup Les freins du verbe crissent on attaque le train
De mes phrases et je me tisse un vers de plus
Pour sauver mes fesses métisses accroche ton slip c’est la course
Des cosaques pas causant glissent vers moi faut pas ke je flippe
Si mon clip est nase il y aura pas de bis et les cosaques sont dix
ça sent le bad trip je m’élance frise la toque grise du plus grand
Coup de prose en pleine face en guise de bise d'apache
Et je disparaît dans le blizzard un brouillard de fumée apparaît
J’ouvre les yeux ébahi je suis débiteur de rimes à la Dibitéri
et je vois Pierre qui rit
Il me dit : « C’est la crise j’amasse pas mousse »
« C’est ce qu’ils disent tous Mais entre temps tu roules bien ta bosse»
répond Moussa "Excusez moi les gars !" je leurs fait
pas le temps de rigoler avec vous faut que je file fissa
Et Si ma prose tu piges pas glousse Fait comme la rousse assise là bas elle est russe
Des cosaques aux trousses elle trouve ça drôle
au fait je me présente Hardcore Jones
la langue comme un fouet qui terrorise les nases
ceux qui théorisent sur la terre promise
moi je thésaurise le vocabulaire façon années trente
Dandy noir et blanc comme un film à Paul Meurisse
Garde le gâteau gugusse moi je veux la cerise
Et file moi un bol de riz Car Je bouge mes phases en Asie la syntaxe bien assise
A Shanghai je vais boire de la Suze en compagnie de Suzie
C’est ma muse avec elle jamais ma verve ne s’use
Car j’en abuse pas je m’amuse à voir leurs vers médusés
Quand mon flow leur met du douze dans le cul avec ruse
J’épouse la cause du rimeur à gage comme à Cuzco
Quand sur un jeu de mots j’ai grillé Pedro Escobar le frère à Pablo
Il voulait faire la course croyant ma caisse pétée
Je l’ai doublé Queue de poisson la syntaxe à fond
Le coco était trop addict à la popo le cerveau ruiné
Ils bégayait des phrases avec que des rimes en é
Alors il a calé et je m’en suis allé
En rade je l’ai laissé "Adios Pedro!" et cause toujours
Moi ça y est j’ai eu ma dose d’amour en prose
et le refrain te dit "je fais pas de pause"

Heureux ki comme Ulysse voyage sans transit et nique le transat
Droit au but j’excite l’intellect avance vite et zappe l’exit pour Ithaque
Jongle avec les mots comme un gorille dans la jungle
Joue avec les sons pour infuser le sens dans le mot juste
Un zeste d’impro le geste sur en plus

mister_k_signature1
monsieur kline juin 2005
 Copyright Future Flavaz
© All rights reserved.